• Sous le règne de Napoléon III

     

     

     

        NAPOLEON III, EST DONC LE PREMIER PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, ELU LE 10 DECEMBRE 1848 AU SUFFRAGE UNIVERSEL MASCULIN  SOUS LE NOM DE LOUIS-NAPOLEON BONAPARTE ET LE DERNIER MONARQUE FRANCAIS. Mais son coup d'état du 2 Décembre 1851 met fin à la deuxième république restaurant ainsi la monarchie impériale à son profit afin d'exercer un pouvoir personnel sans partage. Il devient ainsi le troisième empereur des Français sous le nom de NAPOLEON III à partir du 2 Décembre 1852.
             
     
     
     
     
     
     
    Préalablement, le 7 Novembre 1852, le sénatus-consulte avait rétabli le régime impérial approuvé par le peuple lors d'un plébiscite à une très large majorité.
     






    illustration empruntée à : www://histoire-en-ligne.com/l'opéra garnier

    Napoléon III et l'Impératrice Eugénie arrivant à l'Opéra



    Le 5 Décembre 1851 : révolte de la commune de la Suze contre le futur Napoléon III après Paris et Lyon. A Roëzé un groupe d'insurrectionnels s'empare des fusils entreposés à la Mairie et viennent se joindre aux "protestataires" de la Suze. Quelques personnes essaient de joindre les habitants des alentours mais à Fillé-Guécelard, la frousse des élus l'emporte sur la révolte .... dans la matinée du 7 Décembre 1851, 200 dragons accompagnant le préfet Migneret sillonnent les routes de La Suze et Roëzé pour aller "mater" la révolte.

    Paragraphe concernant la révolte de La Suze contre le futur Napoléon III extrait des Données chronologiques sur l'histoire de Fillé sur sarthe remises par Pierre Gouet au Maire de Fillé (Pierre Gouet 2005/2006).
     
    "Au moment de mettre sous presse, nous apprenons que la force armée s'est portée sur la Suze. "Les insurgés ont barricadé la ville. "Les derniers renseignements qui nous parviennent nous apprennent que parmi les meneurs se trouve le citoyen Vieillard, du Mans qui, au moment où le courrier arrivait à la Suze, aurait mis le pistolet sur la gorge du postillon et l'aurait forcé à livrer ses dépêches. D'autres chefs de la démocratie locale se trouvent au nombre des insurgés. Il n'y a pas à douter un seul instant que la force ne reste à la Loi."   Voyons maintenant ce qui s'est passé à la Suze ; c'est encore à l'Union du MANS que nous empruntons le récit "Hier, les ouvriers de la Tannerie, au nombre de trois cents à trois cent cinquante, se sont portés sur la Mairie de cette commune qu'ils ont envahie . Ils ont enlevé les armes qui y étaient déposées et se sont dirigés vers la caserne de la gendarmerie où ils ont fait prisonniers les quatre ou cinq gendarmes qui composent la Brigade.   "Cela fait, ils se disposaient à partir pour Le Mans lorsqu'ils apprirent que la force armée de cette ville marchait contre eux. Alors, comme nous venons de le dire, ils élevèrent des barricades. Mais, dans le même temps, ils recevaient la relation de tout ce qui s'était passé à Paris et ils prirent la fuite de toutes parts."   Il va sans dire qu'à la suite de ces évènements de nombreuses arrestations furent faites. L'Union disait, quelques jours après :   "L'instruction commencée par la Cour d'Appel d'Angers marche à grands pas ; de grandes révélations sont faites. Les émeutiers de la Suze, peu contents d'avoir été abandonnés par leurs chefs, disent tout ce qu'ils savent . "Les arrestations continuent sur tous les points du Département... Monsieur Trouvé-Chauvel est parvenu à quitter la France, il est à Jersey..."  
     
    extraits des pages 347 et 348 de l'Historique des conseils de guerres de 1852 ou Précis des évènements BNF.fr Gallica  
     
    En 1857, le Cercle des Conducteurs des Ponts et Chaussées et des garde-mines dont le Siège était situé 36, rue Vivienne à Paris, publie un annuaire des Conducteurs des Ponts et Chaussées et des gardes-mines de toute la France. Pour la navigation de la Sarthe et de la Mayenne, le conducteur en fonction à Fillé-Guécelard, était Monsieur Pozzo-di-Borgo.  
     
    Source : Annuaire - Cercle des Conducteurs des Ponts et Chaussées et des Garde-mines - année 1857 - BNF.fr Gallica  
     
    NAPOLEON III et l'impératrice Eugénie échappent de peu à un attentat à la bombe, le 14 Janvier 1858 perpétré par le révolutionnaire italien Félice Orsini. L'explosion causa la mort de huit personnes et fait 150 blessés. Orsini, partisan de la réunification italienne reprochait à l'empereur d'entraver l'unification de son pays. Orsini est arrêté, condamné à mort et guillotiné le 13 Mars.


    ADRESSE DU CONSEIL MUNICIPAL DE FILLÉ-GUÉCÉLARD EN DATE DU 17 JANVIER 1858 A SA MAJESTÉ L'EMPEREUR NAPOLÉON III EMPEREUR DES FRANÇAIS A L'OCCASION DE L'ATTENTAT DU 14 JANVIER 1858









    (document Mairie Fillé).




    traduction du l°) paragraphe : "Sire, Madame,

    Le Maire et les Conseillers Municipaux au nom de toute la commune
    suspendent leur émotion profonde pour exprimer à vos Majestés
    Impériales l'indignation qu'ils ont ressentie à l'annonce de
    l'exécrable attentat qui a menacé vos existences précieuses à la France.
    Ils rendent mille actions de grâce à Dieu tout-puissant qui a si
    miraculeusement préservé vos Majestés mais en même temps, ils émettent
    le vœu que des mesures énergiques soient prises à l'avenir pour
    assurer la durée d'un règne qui leur a donné une
    paix glorieuse et qui a placé la France à un rang si élevé parmi toutes les nations..."

    Cette adresse était signée de tous les membres du Conseil.







    Voiture utilisée par Napoléon III lors de ses déplacements en chemin de fer français alors en plein essor


    Les attentats contre l'Empereur se succèdent, donc .... le 6 Juin 1867 :

    Réfugié à Paris en 1864, Antoni Bérézowski, fils d'un noble polonais, forme le projet d'assassiner le tsar de Russie Alexandre II pour libérer sa patrie.
    Or, en 1867, Alexandre II arrive à Paris pour l'Exposition Universelle.

    A Longchamp, le 6 Juin 1867 à 17 heures, Bérézowski tire sur le tsar qui revenait d'une inspection militaire et qui était accompagné de ses deux fils et de l'Empereur des français Napoléon III. Le pistolet explose lors du coup de feu mais la balle déviée blesse seulement le cheval d'un membre de la suite du tsar. A son procès, Bérézowski déclare avoir voulu tirer sur le tsar dans le seul but de libérer sa patrie et il exprime des regrets d'avoir fait cela dans un pays ami, la France ; s' il échappe à la peine de mort, il est néanmoins déporté au bagne en Nouvelle Calédonie.





    Le 12 Juin 1867, le Maire de FILLÉ-GUÉCÉLARD envoie une adresse


    à sa Majesté l'Empereur des Français NAPOLÉON III, en ces termes :



    "Sire,


    Le Conseil Municipal de FILLÉ-GUÉCÉLARD (Sarthe) s'empresse en son nom
    et pour répondre aux vœux de tous les habitants de féliciter votre
    Majesté et sa Majesté l'Empereur de Russie d'avoir échappé à l'attentat
    odieux d'un fanatique......ils prient l'empereur d'accepter cette
    manifestation comme gage d'un dévouement et comme gage de respectueuse
    sympathie envers l'hôte de l'Empereur et de la France, sa Majesté
    l'Empereur de Russie...".

    (extrait document Mairie de Fillé)

    Le Conseil Municipal de FILLÉ-GUÉCÉLARD envoie une adresse le 7 Aout 1859 à l'Empereur Napoléon III pour le féliciter des victoires remportées en Italie du Nord en Juin 1859. En effet l'armée française de NAPOLÉON III alliée à l'armée sarde remporte les batailles de MAGENTA (livrée le 4 Juin 1859) et de SOLFÉRINO (24 Juin 1859). Il s'agit de victoires de la coalition franco-sarde contre l'empire autrichien car le conflit est né de la promesse faite par Napoléon III au roi Victor-Emmanuel II de l'aider à faire autour de lui l'unité en Italie en échange de la Savoie et de Nice.

     

    D(document Mairie de Fillé)

    Traduction du 1)° paragraphe : Le Conseil en ouvrant la Séance est unanime pour présenter à sa Majesté Napoléon III empereur des Français l'adresse suivante :



    traduction de cette missive :


    "Sire, le Conseil Municipal de la commune de Fillé-Guécelard partageant l'impression générale de la France et d'une grande partie de l'Europe donnée par les Victoires remportées en Italie, est unanime pour exprimer à l'Empereur Napoléon III, l'admiration qui s'attache à sa personne et au dévouement de l'armée qu'il a si habilement dirigée pendant la rapide et mémorable campagne qui vient de s'accomplir. Plus la valeur de nos soldats était grande, plus nous devons tenir compte à sa Majesté de son magnanime empressement de faire la paix et d'avoir ainsi renoncé à cueillir de nouveaux lauriers quand il n'avait qu'à combattre pour les obtenir, etc..."
     

     

    La bataille de SOLFÉRINO en LOMBARDIE a fait l'objet d'un tableau à l'huile sur toile par Jean-Louis-Ernest MEISSONIER en 1863 et celle de MAGENTA d'un tableau d'Adolphe YVON.

     

     

    Napoléon III à la bataille de Solférino

    Pierre LEMEUNIER, né le 1er Août 1837 à Fillé-Guécelard, 84° de Ligne fût blessé à la Bataille de Solférino (perte de la phalangette de l'indicateur, main gauche, coup de feu).

    (extrait BNF.Gallica Livres et Manuscrits).

    Birdfly2

     En 1869, le docteur Jules LE BELE publie un rapport sur les travaux des CONSEILS D'HYGIÈNE PUBLIQUE et de SALUBRITÉ dans le Département de la Sarthe où il est fait état, entre-autres, des épidémies qui ont sévi tout autour de l'arrondissement du Mans et notamment dans le canton de la Suze. Il est mentionné dans ce rapport :

    "Monsieur GOUFFIER de Saint-Gervais-en-Belin dit que la variole a pris naissance, en 1865, dans le canton de la Suze, à Parigné-le-Polin ; de là, elle a gagné en 1866, Guécélard, sur la rive gauche de la Sarthe qu'elle franchit bientôt pour envahir Fillé sur l'autre rive. C'est en Août que l'on a vu les premiers malades dans cette localité..."

    "A Moncé et à Fillé-Guécelard, un douzième de la population a été atteint. La proportion est moindre ailleurs.                  

    Mortalité : 2 à Fillé-Guécelard, 2 à Moncé, un à Laigné-en-Belin et 3 à Saint-Gervais-en-Belin.

    Deux femmes de cinquante ans ont été emportées dès les premiers jours par la variole noire ou hémorragique, les autres ont succombé dans la période de suppuration."

     

    Birdfly2

     

     

     

     


    Photo mamie72. center-blog.net

     


    Dom GUERANGER (1) a trouvé sur la commune de FILLÉ-GUÉCÉLARD, une plante rare LA PÉLORIE ANECTARIE DE LA LINAIRE qu'il envoya au muséum. L'aspect de cette plante rappelle celles des primevères et Dom GUÉRANGER reconnut en cette fleur la Pélorie telle qu'elle avait été décrite par LINNE (2) c'est-à-dire une fleur de couleur orangé. Dom GUERANGER a donné quelques détails sur cette fleur en 1857 dans une note intitulée : "Indication de quelques plantes nouvelles pour la flore de la Sarthe et de quelques localités inédites (extrait de la Revue Horticole de 1862 - pages 188).

    Dans le bulletin de la Société d'Agriculture, des sciences et des Arts de la Sarthe de 1848/1849, M. DIARD, membre de cette Société porte des réflexions sur l'état de la science de la Botanique dans le département. Il nous révèle qu'il a trouvé cette pélorie à FILLÉ-GUÉCÉLARD et qu'elle est non seulement nouvelle pour la flore de la Sarthe mais qu'elle ne se trouve pas comprise dans les flores françaises.



    (1) Dom Prosper GUERANGER premier abbé de Solesmes (1805 - 1875)

    (2) LINNE naturaliste suédois il fit une nomenclature de plantes avec description de plusieurs milliers d'espèces (1707 - 1778).

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sources et informations :



    * sur la tentative d'attentat commis à Paris contre la personne de Napoléon III par l'anarchiste italien Orsini :
    www://histoire-en-ligne.com/l'opéra Garnier.

    * sur la campagne de napoléon III en Italie :
    www://fr.wikipédia.org/wiki/second-empire

    * sur les adresses transmises à l'Empereur Napoléon III par la Municipalité de FILLE-GUECELARD et autres informations :
    archives de la Mairie de FILLE

    En ce qui concerne les paragraphes relatifs à la révolte de LA SUZE contre le future NAPOLEON III, à la réquisition de voitures attelées, à Monsieur DE LINIERES et au curé GIRAULT, ils sont extraits des Données chronologiques remises par Monsieur Pierre Gouet au Maire de Fillé (Pierre Gouet 2005/2006).


    archives départementales de la Sarthe

    sur la pélorie anectarie de la linaire :
    bulletin de la Société d'Agriculture, des Sciences et des Arts de la Sarthe 1848/1849 (huitième tome) imprimerie Monneyer place des Jacobins LE MANS.

    revue des Moulins de La Sarthe année 2001 extrait du très beau texte de V. AUBRY et nous le remercions ici pour ses recherches au départ de l'Association sur les meuniers du moulin du bourg.

    1) archives départementales de la sarthe 4EXVI 165

    2) archives départementales de la sarthe 4EXVI 169

    3) archives départementales de la sarthe 4EXVI 170

    4) archives départementales de la sarthe 4EXVI 174

    5) archives communes de FILLE

    extrait du chapitre concerné dans l'ouvrage "LES METIERS D'AUTREFOIS" de Marie-Odile Mergnac, Claire Lanaspre, Baptiste Bertrand et Max Dejean. Archives et Culture.   extrait d'un ouvrage sur la Loire de Louis Barron : BNF.FR (Bibliothèque Nationale de France).

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :